L'Epreuve de la Terre

« L’Epreuve de la Terre »

 

Je ne traiterai pas du Cabinet de Réflexion qui est la traduction maçonnique de l’épreuve de la terre. Nous chercherons à percer le mystère de « l’épreuve » puis nous déterminerons ce qu’est « l’élément Terre ».

L’épreuve de la Terre est la première des quatre épreuves qui constituent l’initiation de l’apprenti, c’est à dire son passage de l’état de conscience de profane à celui d’initié. Chacun sait que les anciens avaient identifié 4 éléments considérés comme les atomes, les composants de base, les constituants de toutes choses. D’où ces 4 épreuves :

Celle de la terre, de l'air, de l'eau et puis celle du feu.

Traverser ces épreuves, c’est « décomposer » son être en ces éléments afin d’aller au plus profond de soi.

Donc, il y a 4 épreuves pour l’apprenti, pourtant tellement marqué par le chiffre 3. Oui, à cette nuance près, que l’épreuve de la terre se joue en dehors du Temple et que c’est en profane que l’on pénètre dans le cabinet de réflexion. Dans la loge, celui qui n’a pas encore prêté serment subira 3 épreuves avant d’accéder au statut d’apprenti.

 

Alors venons-en au coeur du sujet: c'est quoi une Epreuve? 

Le mot « Epreuve », vient du latin « probare », faire sortir la vérité, d’où cette notion de mise à l’épreuve que l’on retrouve lors de l’initiation. Toute épreuve constitue un rituel de passage, traverser une rive, passer d’un état d’être à un autre état de conscience. Alors souvent, pour provoquer ce changement de regard, cette prise de distance et de recul, on fait traverser des épreuves, difficiles et solitaires au candidat à toute initiation. C’est ainsi qu’il faut entendre le baptême ou la circoncision, comme un accueil dans une communauté spirituelle ;  la communion, le passage de la puberté ; le mariage, convention sociale visant à intégrer l’adulte dans la vie sociale du groupe tout en en préservant l’intégrité et en en assurant légalement la pérennité par le biais de l’enfantement.

Tous les rituels de passage comportent une étape de mise à l’écart, de solitude absolue , de séparation de l’individu avec sa communauté d’origine. Les tribus africaines, à l’adolescence, isolent les fils appelés à devenir membre à part entière de la tribu et non plus des enfants, en les faisant résider parfois plusieurs jours dans la forêt, symbole même de matière et de la multiplicité, les écartant ainsi des femmes, de leur mère et sœurs avant de leur faire subir d’autres épreuves pour qu’ils intègrent le clan des hommes.

 

La mise à l’épreuve a une autre vertu psychologique très puissante :

elle va valoriser, aux yeux du récipiendaire la force du groupe qu’il va rejoindre. Toute mise à l’épreuve, confère estime au groupe rejoint et développe intérieurement le sentiment d’appartenance. C’est ainsi qu’il faut comprendre la bizutage des facs et autres écoles, toujours présents comme un rituel initiatique fédérateur et intégrateur. Eprouver le profane, c’est l’intégrer à notre fraternité mais lui montrer aussi la valeur et la cohérence de notre loge.

 

La Terre constitue le premier élément avec lequel le profane est mis à l’épreuve. Pourquoi ce choix plutôt que l’eau, symbole évident de naissance, ou bien du feu, symbole de la création ou de l’air, celui du mouvement et de la réflexion ?

La Terre est la première épreuve car elle est caractérisée par deux composants : sa sécheresse et sa froideur. Sans eau, la terre se craquelle, sépare, isole et reste stérile ; c’est l’eau qui la fécondera. La terre est réceptive, tout comme le récipiendaire, qui est celui qui reçoit l’initiation, qui est mis sur le chemin…

La Terre est donc bien l’élément  que le profane doit affronter dès le début de son chemin. Il doit être isolé, séparé de sa communauté d’origine, refroidi, mis en situation de curiosité, de mystère et d’étrangeté, sinon, comment pourrait-il remarquer tous les symboles qu’il sera appelé à voir lors de son initiation sans bien sûr savoir les déchiffrer à ce stade ?

Le profane est rentré homme simple dans le cabinet de réflexion, il ressortira frère de la loge à l’issue des 4 épreuves. Homme, humain, vient de latin « humus », la terre. Nous sommes issus de la terre et la destinée de notre corps est d’y retourner. Le profane est donc « en phase » avec l’élément que constitue la Terre.

L’épreuve de la terre, cet isolement, est une confrontation avec le temps, substance même de la finitude temporelle de l’homme, de son inscription dans la matière : le testament, le crâne, le sablier, la faux, le noir en sont des symboles.

Mis à l’épreuve de la Terre, l’homme profane quitte sa peau d’humain, être de chair et de sang, au potentiel de vie limité dans le temps et l’espace, pour pénétrer dans la loge et, pas à pas, être appelé à accéder à un nouvel état de conscience, fraternel, libéré des contraintes de la matière, visant l’idéal maçonnique vers lequel ses bienveillants frères le guideront.

 

Didier CAM:.

14 décembre 6007



17/12/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres