L'Exode, Parcours Initiatique...

L'exode, parcours initiatique...

 

 

Mes TT :.CC :.FF :., je vais me lancer dans un travail ambitieux et risqué. Je ne suis pas certain que je serai capable de le traiter au niveau qu'il mérite. Néanmoins, je vais essayer sachant que même si ma façon de traiter le sujet est maladroite elle aura le mérite de servir à votre réflexion et suscitera un débat ouvert et fécond. Mon interprétation du livre de l'Exode, 2e livre de la Bible, ne sera ni chrétienne ni juive, même si elle s'inspire en partie de l'exégèse juive. Je dirai plutôt qu'elle essaie de mettre en évidence le caractère initiatique qui apparaît plus particulièrement dans ce livre à mes yeux de Maçon.

 

Avant d'entrer plus avant dans mon sujet, je voudrais vous rappeler brièvement le contenu de ce livre et son contexte.

Pour les Chrétiens, l'exode fait parti de l'Ancien Testament et illustre la première alliance de Dieu avec les hommes par l'intermédiaire de Moïse au Mont Sinaï. Alliance qui sera confirmée et complétée par la seconde alliance, par l'intermédiaire de Jésus, fils de Dieu et mort sur la croix pour le salut des Hommes.

Pour les Juifs, la Bible ne comprend que l'Ancien Testament, qui se découpe en 3 parties:

- la Torah, qui comprend les 5 premiers livres : la Genèse, l'Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome.

Cette partie est si importante qu'elle est découpée en sections, les parachot. Une paracha est lue chaque semaine à l'office, depuis « Béréchit » « au commencement », lue 15 jours après Kippour, jusqu'à la dernière section du Deutéronome « Vézot Habrakha », lue une semaine après Kippour de l'année suivante.

Les Orthodoxes disent que la Torah a été donnée à Moïse au Sinaï, telle qu'elle est encore aujourd'hui et qu'aucun mot ne doit en être changé, même les fautes d'orthographes avérées.

- Les Prophètes comprenant le livre de Josué, les Juges, Samuel, les Rois etc...

- Les Hagiographes comprenant les Psaumes, les Proverbes, l'Ecclésiaste etc...

Je ne m'étendrai pas sur ces 2 dernières parties qui ne sont pas l'objet de mon propos.

 

Les 5 premiers livres qui composent donc la Torah, que les Chrétiens appellent aussi le Pentateuque, sont supposés raconter l'histoire de l'Humanité depuis la création du monde jusqu'à la veille de l'entrée des Hébreux en Terre Promise. Plusieurs événements ou enseignements et obligations se retrouvent détaillés plusieurs fois; par exemple dans l'Exode, les Nombres et le Deutéronome. J'ai choisi de parler particulièrement du livre de l'Exode, car il se présente comme un récit, avec un début « l'esclavage des Hébreux en Égypte » et une fin « la construction du Tabernacle pour recevoir les tables de la Loi. » Voici le premier et le dernier verset :

 

1e verset :

« Voici les noms des fils d'Israël venus en Égypte; ils y accompagnèrent Jacob chacun avec sa famille »

 

Dernier verset :

« Car une nuée divine couvrait le Tabernacle durant le jour, et un feu y brillait la nuit, aux yeux de toute la maison d'Israël, dans toutes leurs stations. »

 

Si on veut faire un résumé linéaire et simplifié du livre de l'Exode, on peut dire qu'à la fin de la Genèse, à la suite d'une famine, Jacob, sa famille, ses serviteurs, son bétail; au total 70 personnes quittent la terre de Canaan pour s'installer en Égypte où se trouvait déjà son fils Joseph qui était devenu le conseiller du Pharaon. Ils vivent d'abord une période de prospérité et se développent. La Bible dit même qu'ils pullulèrent. 430 ans plus tard lorsqu'ils quittent l'Égypte, ils seront devenus 600 000 sans compter les enfants. Après la mort de Joseph et du Pharaon, leurs conditions de vie changent et ils deviennent esclaves. On connaît ensuite l'histoire de Moïse, sauvé des eaux par la fille de Pharaon, lorsque ce dernier veut tuer tous les premiers nés des Hébreux, la défense de ses frères, les dix plaies d'Égypte et les 40 ans dans le désert. Enfin, la révélation du Sinaï et les Dix Commandements, dont la traduction exacte est plutôt les Dix Paroles; ainsi que l'épisode du veau d'or. Enfin, Moïse a vécut 120 ans : 40 ans en Égypte, 40 ans chez son beau-père Jéthro à Madian et 40 ans dans le désert. Dieu ne l'a pas autorisé à entrer en Terre Promise.

 

Vous connaissez tous mes FF :.cette histoire et je l'ai résumée rapidement pour vous la remémorer. Mon intention est donc maintenant d'essayer de vous montrer qu'à mes yeux ce livre raconte un parcours initiatique. Le point de départ est un peuple humilié à qui est dénié toute dignité humaine et qui, à la fin, va être capable de transmettre à l'Humanité toute entière un message universel, révolutionnaire, qui parle déjà de liberté, d'égalité et de fraternité. Ils étaient dans les ténèbres et ils ont reçu la lumière. Mais pour cela, ils ont erré 40 ans dans le désert car ils devaient être préparés à recevoir cette lumière.

 

Pour étayer mon propos je vais prendre quelques points clés de cette histoire et les éclairer avec l'aide de commentateurs juifs ou de ma propre réflexion.

 

1. Avant que Jacob parte pour l'Égypte, l'Éternel lui dit :

Genèse §46 verset 3 :

 

« Je suis le Seigneur, Dieu de ton père, n'hésite point à descendre en Égypte car je t'y ferai devenir une grande nation. »

 

Il faut souligner 2 points importants :

 1. Dieu dit « Dieu de ton père », ce n'est donc pas encore un Dieu universel

               . « Descendre en Égypte », c'est à dire éloigné de Dieu pour mieux « monter » ensuite en terre promise et s'en rapprocher.

 

2. Moïse a fui l'Égypte après avoir tué un Égyptien qui maltraitait un Hébreux. Il se retrouve à Madian où il épouse Tsipora, la fille de Jéthro, prêtre de Madian. (Exode §2 et 3).

  

Ces 2 chapitres sont très importants à plus d'un titre et je vais les commenter.

 §2 versets 16 & 17 :

« Le prêtre de Madian avait 7 filles. Elles vinrent puiser là (N.B. au puits où se trouvait Moïse) et remplir les auges pour abreuver les brebis de leur père.

Les pâtres survinrent et les repoussèrent. Moïse se leva, pris leur défense et abreuva leur bétail ».

  

Qui est Jéthro? ce n'est pas un simple prêtre, un commentaire dit qu'il était prêtre égyptien à la cour du Pharaon et qu'il s'est enfui car il s'est opposé à la décision du Pharaon de tuer les 1e nés Hébreux. De plus il a 7 filles; or rien n'est un hasard dans la bible et tout est symbole pour qui veut aller au-delà du sens premier.

Par exemple, le puits symbolise la connaissance et la lutte de Moïse contre les pâtres serait la lutte du futur initié contre l'ignorance.

 Un des commentaires dit que Jéthro était initié aux mystères des Temples égyptiens et qu'il a initié Moïse. On verra plus loin que la section dans laquelle Moïse va recevoir

 les 10 paroles au mont Sinaï s'intitule Jethro. Pensez-vous que les auteurs de l'Exode aurait appelé ce chapitre, le plus important de ce livre, du nom de Jéthro si ce personnage n'avait qu'une importance mineure dans cette histoire? On peut donc affirmer sans trop d'hésitation que Jéthro a initié Moïse et l'a aidé à entrer dans la chaîne des Grands Initiés.

 

3. §3 versets 1 et 2 :

« Or Moïse faisait paître les brebis de Jéthro son beau- père, prêtre de Madian. Il avait conduit le bétail au fond  du désert et était parvenu à la montagne divine, au mont Horeb.

Un ange du Seigneur lui apparut dans un jet de flamme au milieu d'un buisson. Il remarqua que ce buisson était en feu et cependant ne se  consumait point. »

 

Quel berger aurait l'idée saugrenue d'aller faire paître des brebis au fond du désert? A nouveau, il faut avoir une lecture symbolique du texte. Avant d'initier le peuple Hébreux et  par la suite l'Humanité, il faut commencer par initier Moïse. C'est le but de cet épisode du « Buisson Ardent ». Le désert en Hébreux se dit « midbar » et la parole « davar »;  ces 2 mots ont la même racine : Dalet/Bet/Resh. La révélation ou l'initiation, si on interprète le texte en maçons, ne peut avoir lieu qu'au désert, car le désert par son caractère impersonnel souligne la dimension universelle du message. A ce sujet un commentaire juif; on appelle cela un « midrash » dit que Dieu a proposé son message à différents peuples qui ne l'ont pas accepté. Seul le peuple Juif a entendu la parole de l'Éternel et l'a reçu; à charge pour lui de la transmettre au reste de l'Humanité. On voit aisément la volonté d'universalisme que veut faire passer ce commentaire.

 

4. §2 verset 24 :

« Le Seigneur entendit leurs soupirs (N.B. des Hébreux esclaves) et il se ressouvint de son alliance avec Abraham, avec Isaac, avec Jacob. »

 

Comment Dieu, qui devrait être immanent, omniscient a-t-il pu oublier son peuple?

Le midrash dit que Dieu ne peut intervenir que si l'homme fait un pas vers lui; en d'autres termes Dieu descend vers les hommes si ceux-ci s'élèvent vers lui. Ou plus simplement Dieu n'existe que dans la mesure où on croit en lui. Pour nous Maçons, nous pourrions dire que pour être initié il faut avoir déjà fait une partie du chemin. N'est apte à l'initiation que le profane qui fait une démarche volontaire et est prêt à la recevoir.

 

5. §4 verset 10 :

« Moïse dit à l'Éternel : de grâce Seigneur! je ne suis pas habile à parler, ni depuis hier ni depuis avant-hier, ni depuis que tu parles à ton serviteur;

car j'ai la bouche  pesante et la langue embarrassée. »

 

Que viennent faire ici ces versets? Si réellement Moïse est inspiré par Dieu il ne devrait pas avoir de difficultés à exprimer sa pensée. L'auteur ou les auteurs du texte veulent  insister par là sur deux points fondamentaux :

   . Moïse n'est qu'un homme et il hésite à se lancer dans une entreprise écrasante pour lui.

   . Il n'est qu'au début du processus et il est comme l'apprenti qui ne sait ni lire ni écrire mais seulement épeler.

 

6. §7 à 12 :

Les 10 plaies d'Égypte. Pour ne pas alourdir exagérément ma planche, je ne vais pas détailler chacune des plaies envoyées par Dieu pour faire fléchir le Pharaon.

Certains commentateurs juifs y ont vu l'inverse de la création du monde. Pourquoi pas? cette interprétation irait assez bien avec la thèse que je défends.

Cependant je voudrais insister sur un verset spécifique :

 

§10 verset 20 :

« Mais l'éternel endurci le cœur de Pharaon, et il ne renvoya pas les enfants d'Israël. »

 

Nous sommes après l'épisode des sauterelles et il ne reste plus que 2 plaies à venir, les ténèbres et la mort des premiers nés.

Pourquoi l'Éternel endurcit-il le cœur de Pharaon? Par masochisme? ou plutôt pour montrer la difficulté du chemin vers l'initiation. On verra plus loin que les Hébreux dès leur arrivée dans le désert commencent à se plaindre et à douter. Cela malgré toutes les preuves que Dieu a données pour montrer qu'il était à leur côté. Mais ne tombons pas dans la bondieuserie; une fois encore, c'est la lecture symbolique du texte qui importe. Un parcours trop facile vers la connaissance ne permet pas d'apprécier à sa juste valeur l'importance du message dont on va être destinataire. A nouveau l'auteur ou les auteurs en ont bien compris l'importance.

Il fallait que le peuple Hébreux souffre, il fallait que le Pharaon soit obstiné dans son refus pour que son parcours initiatique le conduise à la connaissance.

 

7. §13 verset 17 et 18 :

« Or lorsque Pharaon eut laissé partir le peuple, Dieu ne les dirigea point par le pays des Philistins, lequel est rapproché parce que Dieu disait le peuple peut se raviser à

la vue de la guerre et retourner en Égypte. Dieu fit donc dévier le peuple du côté du désert vers la mer Rouge et les enfants d'Israël partirent en bon ordre du pays d'Égypte. »

 

Il est clair dans ces deux versets, et ceux qui suivent que le degré de conscience du peuple, nous disons de préparation est encore insuffisant pour qu'il soit prêt à recevoir l'initiation.

 

Le verset 3 du §16 illustre jusqu'à la caricature combien l'apprentissage de la liberté est difficile.

Alors que les Hébreux ont été esclaves en Égypte et que le fait d'avoir été libérés leur confère leur dignité d'homme, ils se plaignent en ces termes :

 

« et les enfants d'Israël leur dirent (N.B. à Moïse et Aaron) que ne sommes nous morts de la main du Seigneur, dans le pays d'Égypte, assis près des marmites de viande

et nous rassasiant de pain, tandis que vous nous avez emmené dans ce désert pour faire mourir de faim tout ce peuple. »

 

8. Je pourrais maintenant parler de la manne céleste qui a nourri les enfants d'Israël pendant leur séjour dans le désert et la comparer avec l'enseignement nécessaire jusqu'à

 l'accession à la vraie connaissance, symbolisée ici par la sortie du désert qui je vous rappelle est relié à la parole car il ne peut y avoir d'enseignement sans la parole.

Je préfère citer les versets parlant des eaux de Mériba, car ils illustrent bien la progression dans l'initiation.

Je vous rappelle les faits. Le peuple querella Moïse pour avoir de l'eau, qui lui même interpelle l'Éternel.

 

§17 verset 6 :

« Je vais t'apparaître là-bas sur le rocher, au mont Horeb, tu frapperas ce rocher et il en jaillira de l'eau et le peuple boira.

Ainsi fit Moïse à la vue des Anciens d'Israël »

 

Plus loin, dans le livre des Nombres, la question de l'eau se repose à nouveau. A nouveau Moïse s'adresse à l'Éternel qui lui dit :

 

Nombres §20 verset 8 :

« Prends la verge et assemble la communauté, toi ainsi qu'Aaron ton frère et dites au rocher, en leur présence de donner ses eaux;

 tu feras couler pour eux de l'eau de ce rocher et tu désaltéreras la communauté et son bétail »

 

Vous voyez que dans la première demande d'eau à l'entrée au désert Dieu dit « frappes ce rocher » alors que dans la 2e demande, Dieu dit « parles au rocher ». Cette différence n'est absolument pas mineure; dans ce parcours initiatique qu'est l'errance au désert, le niveau d'initiation progresse.

Dans le 2e cas la parole est suffisante pour faire jaillir l'eau.  Hors, que fait Moïse?

Il frappe le rocher avec sa verge par deux fois  et que dit alors l'Éternel à Moïse et Aaron?

 

Verset 12 :

« Puisque vous n'avez pas assez cru en moi pour me sanctifier aux yeux des enfants

d'Israël, aussi ne conduirez-vous point ce peuple dans le pays que je leur ai donné. »

 

La sanction peut paraître sévère pour les deux prophètes qui ont sorti leur peuple de l'esclavage, pour une malheureuse nuance dans l'interprétation des paroles de l'Éternel.

Mais encore une fois, la lecture au premier degré n'apporte rien. Seule l'interprétation symbolique a de l'importance.

Il fallait souligner deux aspects importants :

   . La progression dans l'initiation; là où le geste était nécessaire la parole maintenant suffi.

   . Moïse, initié aux mystères et accoucheur des dix paroles aura terminé sa mission à la sortie du désert et transmettra son pouvoir à Josué, un nouveau maillon dans la longue chaîne   

des Grands Initiés.

 

 Je vais aborder maintenant la partie de l'exode où se situe la révélation au Sinaï. Comme je l'ai dit tout à l'heure dans le découpage juif de la Torah, cette paracha s'intitule Jethro.

Je le répète parce que je pense que c'est important. Jéthro est le lien entre les sociétés secrètes des temples Égyptiens et la révélation monothéiste qui engendrera par la suite

le Judaïsme, le Christianisme et l'Islam.

 

Mon interprétation du rôle de Jethro est non seulement maçonnique mais aussi dans la Kabbale. L'interprétation de la tradition hébraïque est de dire que si le titre de la paracha la plus importante de la Torah est le nom d'un non-juif, prêtre de surcroît, c'est pour souligner la dimension universelle du message donné au mont Sinaï.

Cette interprétation plus classique ne me semble pas en contradiction avec la mienne.

 

Pour ne pas prolonger ma planche de façon trop exagérée, je ne vais pas non plus reprendre en détail les dix paroles. Je vais simplement en souligner certains aspects et citer quelques commentaires :

   . Le mont Sinaï est aussi appelé le mont Horev ou Horeb, qui a la même racine que Harav qui signifie destruction.

Comment comprendre que le don de la loi se fasse sur un symbole de destruction?

 Le midrash dit que le contenu révolutionnaire du message est en rupture totale avec l'ordre établi.

 Ce commentaire peut être repris sans restriction dans ma thèse; l'initiation est aussi une rupture avec la vie profane.

   . Le texte dit que les 10 paroles ont été gravées dans la pierre; c'est pourquoi nous parlons des tables de la loi.

Mais si on cherche à nouveau à aller plus loin, pierre en hébreux se dit « évèn ».

Ce mot est constitué de deux syllabes : « av » et «  ben », c'est à dire père et fils. Il faut comprendre alors que la question importante n'est pas que les paroles soient gravées dans la pierre mais qu'elles se transmettent du père au fils et qu'elles ne soient pas perdues.

   . Dans le même sens, le Talmud dit qu'il ne faut pas lire « harout » c'est à dire gravées mais « hérout » liberté.

  

La révolution des dix paroles est justement dans le fait qu'elles ne disent pas qui est dieu, mais que doivent faire les hommes.

Quelle est la loi à laquelle ils doivent souscrire pour être dignes de ce nom ? Comme je l'ai dit au début de ma planche cette loi enseigne en premier la liberté dans laquelle j'inclus le libre arbitre, c'est à dire pour chacun la responsabilité de ses actes.

 

Dans la Genèse §1 verset 27 il est dit :

« Dieu créa l'homme à son image; c'est à l'image de Dieu qu'il le créa. Mâle et femelle furent créés à la fois. »

Ce verset ne veut pas dire que Dieu ressemble à un être humain car celui-ci aurait été fait à son image; cela veut seulement dire que l'homme a le pouvoir de décider, contrairement à  l'animal.

En bien ou en mal. L'originalité de l'homme par rapport à l'animal c'est sa raison.

 

Je pense qu'il est maintenant temps de conclure.

Je ne pense pas avoir fait le tour du sujet mais peut-on être exhaustif sur un tel sujet?

L'éducation de chacun et sa propre sensibilité permettent de traiter ce sujet de différente façon.

Voici la mienne et j'espère qu'elle suscitera beaucoup de questions.

Je voudrais terminer cette planche en citant les versets 11,12,13 et 14 du Deutéronome qui pourraient figurer dans un rituel d'initiation de Franc Maçonnerie

 

« Car cette loi que je t'impose en ce jour, elle n'est ni trop ardue pour toi, ni placée trop loin. Elle n'est pas dans le ciel pour que tu dises :

« Qui montera pour nous au ciel et nous l'ira quérir, et nous la fera entendre afin que nous l'observions? ». Elle n'est pas non plus au-delà de l'océan, pour que tu dises :

« Qui traversera pour nous l'océan et nous l'ira quérir, et nous la fera entendre afin que nous l'observions? ».

Non, la chose est tout près de toi : tu l'as dans la bouche et dans le cœur, pour pouvoir l'observer! »

 

Ces 3 versets mes TT :.CC :.FF :.se passent de commentaires.

 

ORV:.



19/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres