Le Maillet

 

Afficher l’image source

Le maillet.

 

Omniprésent dans l’atelier est un des outils premiers du Franc-Maçon.

 

« Ce marteau de bois est un symbole de la puissance de l’énergie directrice du travail et de la volonté agissante. » écrit Irène Mainguy dans l’indispensable Symbolique maçonnique du troisième millénaire.

Les outils et symboles maçonniques vont souvent par deux. Ainsi le maillet, symbole actif qui représente la Volonté de perfectionnement est associé au ciseau, un symbole passif qui symbolise la méthode maçonnique. Nous les rencontrons par exemple lors de la cérémonie d’initiation.

 

Selon Jules Boucher le maillet symbolise « la volonté active de l’apprenti. »

Lors de cette cérémonie, le nouvel apprenti effectue son premier travail de maçon, la taille de la pierre. Il va symboliquement frapper le maillet sur le ciseau. 

Cette action de frapper ne saurait être impensée. Selon la taille, l’emplacement, les aspérités du bloc de pierre, le maçon opératif savait positionner le ciseau et comment, sous quel angle, avec quelle force, actionner le maillet. Et surtout comment se positionner lui-même ; une mauvaise position entrainait une taille qui mettait en péril l’équilibre de la construction. Il en est de même chez les spéculatifs. La volonté ne dépend uniquement d’un geste mais d’une posture qui ne doit jamais menacer l’équilibre du Temple.

 

Un maillet est posé à l’Orient sur le plateau du V\M\, un autre à l’Occident est destiné au 1er Surv\, et un troisième se trouve devant le Frère second Surv\ au Midi.

                                                                                               

Le maillet n’est pas uniquement le prolongement organique de la main de celui qui l’actionne, il représente un outil de pensée et d’action. Posé, levé, porté, frappé par les 3 lumières qui dirigent la Loge, le maillet est, lors de nos tenues, un instrument de commandement, pouvoir — ou plus justement d’autorité — il appuie, marque, souligne certains moments du rituel et prend plusieurs fonctions.

 

Si le V\M\ frappe un coup : « Prenez place mes Frères », une fois les Frères et le Collège entrés en Loge et avant l’ouverture des travaux, il serait tentant d’y voir une sorte de répétition, d’échauffement des outils, comme une annonce de l’importance que le maillet va revêtir ; un des symboles clés, voire initiateur de notre pensée, de notre travail.

 

Le maillet permet le passage entre deux espaces. Il marque le commencement d’un temps situé entre le présent et le futur, un temps nouveau, un temps hors du temps qui est celui de la tenue.

 

En tenue, chaque coup de maillet rappelle celui d’une horloge qui marque non seulement la durée mais aussi le temps imposé par le rituel ; il rythme nos travaux comme les chapitres d’un livre.

 

Un coup peut signifier une décision et sa mise en action : ce n’est plus « quand dire c’est faire » mais « quand frapper c’est dire »...

Par exemple, dans la cérémonie d’initiation, au 3e coup de maillet l’impétrant reçoit la lumière. Et dans nos tenues, il permet également de baliser les prises de parole.

 

Le maillet peut également abolir le temps des travaux, « A mon coup de maillet, nous sommes en récréation » ou à l’inverse, en marquer la reprise, « A mon coup de maillet, les travaux reprennent avec force et vigueur » proclame le V\M\

 

Ces frappes sont tout autant la bande sonore de nos travaux. Ainsi en est-il des maillets des Surv\ dont les 3 coups font écho à ceux du V\M\, à ceux de la batterie et à ceux de la canne du Maitre des cérémonies quand il allume les colonnettes.

 

Il arrive également que leurs conjugaisons rythmiques honorent un dignitaire ; les maillets battants.

Cet outil n’est pas toujours frappé. Le V\M\ le tient de la main droite, épée en main gauche lors de la déclaration d’ouverture et de fermeture et les Surv\ le portent sur le cœur quand ils s’assurent que « tous les Frères de leur colonnes sont apprentis Francs-Maçons à leur place et à leur office. »

 

Je me suis souvent demandé si le maillet porté ainsi par les Surv\ ne pouvait aussi avoir une symbolique de défense, de protection contre les faux frères incapables de se faire reconnaître comme tels. Historiquement, le maillet fut aussi une arme.

 

Enfin, plusieurs expressions font appel au maillet. Par exemple, un frère d’une autre obédience m’a dit récemment qu’il allait « prendre le maillet » ce qui signifie devenir V\M\

 

Mais tout cela mes frères, je vous l’ai dit « sous le maillet », ne le répétez à personne.

 

A:. K:.



07/06/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres