Etre Initié ou être un Initié

Être initié ou être un initié

 

 

Contrairement à la moyenne, j'ai demandé mon admission dans la Franc-maçonnerie en pleine connaissance de cause. J'ai entendu parler des Francs-Maçons lorsque j'avais approximativement une quinzaine d’années par un employé de mon père que j'identifierai comme JM.

Donc JM rêvait de joindre les rangs de cette puissante Fraternité, selon ses mots. La vie ne l'avait pas gâté, il avait grandi dans un orphelinat et dès qu’il fut en mesure de travailler, il avait été "placé" chez des gens qui pouvaient l'employer tout en assurant son gîte et sa nourriture. Mon père l'avait accueilli comme un de ses enfants lorsqu'il s'était présenté chez nous. JM avait souffert durant son enfance et il idéalisait la Franc-maçonnerie comme une nouvelle famille, où enfin, il pourrait tisser des liens fraternels. Ses attentes se résumaient à aimer, aider et être aimé en retour. Il espérait qu'un jour sa route croise celle d'un initié qui lui indiquerait la porte tant recherchée. À cause de son ignorance des règles d'admission, et pour son plus grand malheur, ce rêve ne se réalisa jamais.

Mais il m'avait communiqué, sans le vouloir, le germe qui allait, plusieurs années plus tard me conduire à la porte d'un temple. Je suis naturellement enclin à réfléchir sur la nature et les causes qui font qu'existent l'univers, l'homme et la société. J'ai donc, pour satisfaire cette curiosité de comprendre, exploré plusieurs sentiers et j'ai accumulé au fil des années, des connaissances et des compréhensions (si je puis dire) qui m'on fait espérer qu’un jour je rencontrerais des êtres qui ajouteraient à mon savoir. J’avais atteint, vers la quarantaine, le sentiment que je n'avançais plus et c'est alors que j'ai frappé à la porte du temple et je fus initié Franc-maçon, tout en ayant une pensée pour JM.

J'avoue que je me suis senti totalement perdu dans ce monde d'hommes portant tabliers et pratiquant le rituel. Contrairement à ce que je m'étais imaginé, il n'y avait pas d'enseignement, ni de Maîtres rayonnant de l'aura de la sagesse et de la connaissance.

Si j'en étais resté à ce point, je crois que je ferais partie de la liste des frères qui ont quitté l'Ordre. J'ai persévéré et j'ai appris qu'après avoir été initié, il m'incombait de faire comme les abeilles font avec une mince feuille de cire, c'est-à-dire, lui donner une forme et du contenu. En simple, c'est par nos efforts personnels que l'initiation prend sa forme et qu'elle se réalise.

Dans le texte qui suit, comme dans tous mes autres écrits, j'exprime une réflexion personnelle. Je n'ai pas d'autre objectif que de la partager selon les traditions maçonniques. Si elle peut apporter un peu plus à d'autres et les aider dans la réalisation de leur initiation, je suis en assuré qu'en retour, ils me partageront les leurs et qu'avec, j'en apprendrai davantage. Partager ses connaissances est un principe fondamental en Franc-maçonnerie spéculative ; tout comme les maçons opératifs partageaient entre eux les connaissances et l'expérience de leur métier.

Donc:

Etre initié ou être un initié.

Voilà une question qui mérite un temps de méditation. La F:. M:., comme société, est une société initiatique parce qu'elle confère une initiation. Pour que nous nous entendions bien voici ce que j'ai recueilli et qui offre une définition de ce qu'est une initiation.

Le mot vient du latin initium qui, lui, signifie "commencer".

Le mot initiation est employé par la langue française dans de nombreux sens et la description suivante, qui en est une forgée, tente de décrire le plus près possible l'usage qu'en font les sociétés initiatiques mais plus particulièrement la F:.M:.

L'Initiation est un processus rituel provoquant des modifications d'états de conscience qui ouvrent, par degré, moyennant un travail personnel de compréhension intérieure et extérieure, la possibilité d'emprunter le chemin conduisant l'homme vers une réalisation plus complète de son être.

Trois éléments de cette description méritent d'être mis en relief si vous souhaitez profiter le plus efficacement de ce travail de réflexion :

1/ Processus rituel

2/ Travail personnel

3/ La possibilité

Le processus rituel, i.e., l'ensemble des règles et des cérémonies auquel est soumis l'initié ; il est immuable et invariable. Tous les initiés reçoivent la même information et de la même façon. C'est la partie visible, celle qui initiera le profane en lui révélant la voie à suivre. C'est le début de sa démarche personnelle.

Quelque soit le degré conféré, il est le même pour tous. Pour ceux que cela intéresse, on pourrait dire que le rituel, tel qu'il est communiqué à l'initié, constitue la partie exotérique de la F:.M:.Pour l'initié, il reçoit et aucun effort n'est exigé de lui.

Le travail personnel est la condition essentielle pour que l'initiation porte ses fruits. On aura beau écouter et apprendre des expériences des autres, elles ne suffiront pas à transformer l'initié en un être initié. Au plus, elles lui permettront d'entretenir chez les autres l'impression qu'il sait et qu'il marche dans le sentier initiatique. Mais les distances ne tarderont à se créer entre ceux qui sont, et, ceux qui paraissent être. Sans effort personnel, le travail engagé lors de l'initiation demeura un projet qui ne trouvera jamais sa forme dans la réalité.

J'avoue qu’il est très difficile de distinguer, pour un nouvel initié, l'énorme différence entre être initié et être un initié. Pour leur faciliter la tâche, je dirai qu'on ne peut transmettre que ce que l'on a acquis, et que comme mesure, on doit ressentir la transformation intérieure qui s'est opérée depuis le premier jour. On est tous né homme et, lorsqu'on peut agir et réagir autrement que par l' hommerie, nous pouvons conclure que l'homme bon devient meilleur parce qu'il connaît mieux et qu'il s'efforce de faire mieux. Si l'acquis se limite au rituel initiatique tel que reçu, il est facile de comprendre que certains puissent trouver que la Franc-maçonnerie n'ait rien à offrir. Ce n'est pas la Franc-maçonnerie qui n'a rien à offrir, ce sont plutôt eux qui n'ajoute rien à ce qu'ils ont reçu. La route n'est pas facile et c'est pourquoi, il n'existe qu'une possibilité de réaliser le bénéfice de son initiation. Je m'attriste, tout en demeurant réaliste, à l'idée que certains restent au stage du reçu et qu'ils n'explorent pas davantage la voie initiatique.

Si j'ai été initié à tous les degrés, que j'aie appris le rituel selon les règles appartenant au dit rituel, je suis donc en mesure de le transmettre à un autre. Je suis un initié qui en initie un autre. Je transmets la partie visible, exotérique, à un autre qui, lui aussi, souhaite être initié. C'est la responsabilité première de tous les membres d'une société initiatique : initier par le rituel. Quelque soit le talent et l'expertise appliqués à la transmission du rituel, on ne saurait dire que c'est ça être un initié.

De même, on ne saurait qualifier de connaissances tout le rouage administratif. Il s'agit, là aussi, de responsabilités qui se transmettent facilement aux membres qui ont la capacité et le désir de les assumer pendant un certain temps, et ce, pour le bénéfice de tous.

Malheureusement, certains seront tout à fait heureux et comblés à cette étape.

Selon mon opinion, la Franc-maçonnerie c'est plus que de l'administration et du théâtre.

Communiquer le rituel et administrer les affaires courantes sont une nécessité mais il faut pousser plus loin si nous souhaitons réussir. Le travail de Loge est le pas le plus facile à franchir car cette portion exotérique de la Franc-maçonnerie ne requiert que croyances et acceptation. À cette étape, nous sommes tous des initiés et nous parlons tous gris. Au plus, nous pouvons perfectionner les ritualistes... parce que nous sommes des passés ou que nous avons atteint un certain rang ou tout simplement parce que nous l’avons. Quoiqu'il en soit, cette partie visible et nécessaire, qui n'est qu'un pâle reflet de la Franc-maçonnerie, a l'avantage d'être accessible à tous.

Dans l'exotérisme est contenu l'ésotérisme (ce qui est caché), et, c'est dans la recherche de ce côté caché que l'initiation commence à prendre de la forme et du volume. L'ésotérisme exige beaucoup avant de se révéler car il s'agit d'une question d'étude et de compréhension. Cela exige des efforts personnels et personne ne peut le faire à notre place.

C'est aussi une route si peu fréquentée au grand désavantage de ceux qui en veulent plus. C'est à partir d'ici que nous avons l'opportunité de découvrir notre propre couleur, nos talents, nos expertises et de les partager avec tous ceux qui, laborieusement, à chaque jour, polissent leur pierre.

À ce niveau de compréhension, je partage, en esprit, l'animation d'un vrai chantier et je ressens le partage, l'admiration pour le travail, la joie d'être du métier, le respect et l'amour des frères parce que nous collaborons tous au même type de projet. À cause de tout cela, je ressens que je suis quelqu'un qui évolue et que dans ma démarche personnelle, je me sens lié à plus grand et à plus beau. Je suis stimulé à rechercher davantage afin de partager une fois de plus. Quel bonheur de partager les agapes, après une longue journée et un dur labeur, entourés de tous ces apprentis, qui veulent apprendre, et de ces maîtres qui oublient leur grandeur pour instruire les plus jeunes.

 

Richard LAF:.

Posté le 30 Octobre 2005



12/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres