La Circumambulation (14.02.2024)

 

undefined

La Circumambulation

On ne se déplace pas en Loge, les travaux étant ouverts, comme dans le monde profane. On circumambule ou circambule dextorsum. Du latin circum ambulatio qui signifie « marcher autour » et dextorsum indiquant que cela se fait dans le sens des aiguilles d’une montre.

 

Dans la Grèce antique, à Athènes, lors de la fête familiale des Amphidromies, célébrée dans les jours qui suivaient la naissance d’un enfant, celui-ci était déposé à terre, au centre du foyer, avant qu’il ne lui soit donné un nom, et qu’on ne tourne autour de lui. Une circumambulation avait également lieu lors des Astydromies qui consistait à faire le tour de la ville afin de constituer un cercle protecteur contre les ennemis extérieurs. Il en était de même à Rome lors de la procession de l’Amburbium.

 

Les bouddhistes ont également la pratique de tourner autour d’une statue de bouddha, d’un stupa, d’un chörten, d’un temple ou d’un lieu de pèlerinage.

 

Les temples Hindous possèdent souvent un couloir circulaire permettant au fidèle de tourner autour d’une statue représentant une divinité.

 

Les chrétiens orthodoxes déambulent le jour de Pâques en procession avec des icones et des croix autour de l’église.

 

Enfin, les églises catholiques médiévales sont pourvues d’un déambulatoire autour du cœur lorsque celui possède des reliques ou le tombeau d’un saint.

 

On constate donc que depuis fort longtemps, à travers le monde, on tourne autour d’une personne, d’un objet ou d’un espace sacré, pour lui rendre hommage ou le protéger. En tant que rite solaire, le R.E.A.A. s’attache à respecter ce principe. Chaque frère, au cours de ses déplacements en loge, tourne autour des piliers qui reposent sur le pavé mosaïque, au-dessus duquel est suspendu le fil à plomb, axe de la loge et du monde. Ce déplacement se fait en suivant la marche apparente du soleil, porteur de Lumière et de Vie. Après s’être levé à l’orient, il illumine de son plein éclat la colonne du midi, avant de disparaitre provisoirement à l’occident, pour renaitre le lendemain à l’orient. Le cycle annuel du soleil avec l’augmentation de la durée du jour, puis de sa diminution est similaire. Cela nous amène à célébrer les deux Saint-Jean, à l’occasion des solstices d’hivers et d’été, moment où le jour est le plus court et où il est le plus long. C’est en passant de l’occident à l’orient, de l’ombre à la Lumière, du monde visible au monde intelligible, que le F :. M :. marche vers la Lumière, source de son élévation spirituelle. Celle-ci passe par son amélioration intellectuelle et morale. L’ascension vers la Lumière, manifestée par le soleil, se concrétise par l’élévation du degré de conscience de l’initié. Cela l’amène également, à se questionner sur différents problèmes ontologiques, dont sa raison d’être, sa relation au monde, aux autres, a sa place et à son rôle ici-bas. Le soleil source de Lumière, symbole de la divinité dans de nombreux cultes, représentation du Principe Créateur, est ainsi célébré en loge par la marche du maçon. Cette marche circulaire est faite à la gloire du G :. A :. D :. L :. U :. et témoigne de l’engagement de chacun, en tant que créateur, à se perfectionner !

 

De même que le soleil disparait tous les soirs à l’occident, en allant à la rencontre des ténèbres pour les combattre, de même, le F :. M :. dont toutes les heures doivent être utilement employées, lutte quotidiennement contre les monstres, qui résident au fond du labyrinthe de son inconscient, où le fils à plomb, autour duquel il tourne, le mène, tel le fil d’Ariane. Au fond du gouffre, là où l’Epreuve de la Terre l’a conduit, l’espoir de sortir victorieux de la bataille est présent, puisque le coq qui y séjourne est annonciateur du levé du jour et du retour du soleil. Cette marche circulaire, incessante et répétée, évoquant l’Ouroboros qui se dévore la queue, rappelle la nécessaire persévérance pour arriver à progresser et à se construire. Tel l’alchimiste, travaillant sa « prima materia », il faut travailler sur soi, encore et encore, dans un continuel « solve et coagula ». Dans la tentative de réaliser l’impossible : la quadrature du cercle, l’alliance du corps et de l’esprit, puisqu’on chemine en cercle en marquant des angles ; on va s’appuyer sur la Force pour lutter contre l’attrait des métaux qui brillent d’un éclat trompeur, sur la Sagesse en élevant notre niveau de conscience tout en gagnant en lucidité dans notre vision du monde, et enfin sur la Beauté pour réunir harmonieusement les dualités qui nous déchirent comme le sous-tend le pavé qui supporte les piliers. Quittant les travers du monde profane et de la matière, on s’élève vers la Lumière de l’étoile polaire en une spirale ascendante permettant de réorganiser ce qui n’était que chao.

L’initié aux Mystères et Privilèges de la Franc-Maçonnerie, tel le soleil, poursuivra sa marche vers l’occident, à l’issue de la tenue, aussi radieux que jamais, illuminant ceux qui l’entourent en leur transmettant sa Lumière.

Ainsi, il poursuivra au dehors l’œuvre commencée dans le Temple.

 

L:. D:.

14.02.6024



19/02/2024
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 105 autres membres