La Volonté

La Volonté

 

On pourrait définir la volonté comme « un ensemble de tendances gouvernées par un principe rationnel ». Ou bien encore « une faculté de la raison à déterminer notre action suivant des normes »

Pour certains, laraison est une faculté naturelle dont le rôle est de réguler le comportement. Dans cette conception, volonté et raison pourraient être attribuées à tous les êtres vivants, les hommes comme les animaux.                                                                                                          

Pour d'autres, au contraire, la raison est un principe qui transcende les tendances naturelles de l'homme et qui lui permet de gouverner librement sa volonté à l'encontre de sa nature animale.                                                                                                                                                          

Ainsi, la définition et les enjeux du concept de volonté dépendent de ce que l'on estime être la nature de la raison.

La volonté n’est pas une « faculté » que l’on pourrait séparer et ranger à côté d’autres facultés. Elle est la conscience de l’ego dans son affirmation vivante.

Avoir de la volonté implique de la détermination et de la persistance dans une succession d'actions poursuivant un même objectif.

Balzac disait :

« La volonté peut et doit être un sujet d’orgueil bien plus que le talent »

On dit que la « volonté » c’est vouloir. Mais qu’est ce que veut dire « vouloir » ?                     

Pour faire comprendre ce que c’est que vouloir, nous expliquons à l’enfant que « c’est désirer très fort ».                                                                                                                                 

Cela voudrait-il dire que la volonté et le désir sont de même nature et qu’il n’y a entre eux qu’une différence de degré ?

Certes, désir et volonté sont deux modes de conscience, mais n’y a-t-il pas pourtant entre eux des différences ?            

On peut désirer sans aller jusqu’à vraiment vouloir.                               

Mais pourrait-on vouloir sans désirer en même temps ? Une volonté qui ne porterait pas en elle un désir serait une chose très étrange.                                                                                  Qu’y a-t-il de plus dans la volonté qui ne se rencontre pas dans le désir ?

Un acte est volontaire quand il trouve son principe dans une libre décision du sujet.                 

À la différence du désir, qui est une inclination ou un penchant subi, la volonté est un principe actif par lequel l'homme affirme sa capacité à se détacher de ses désirs et pose ainsi sa liberté.

Le souhait est un autre terme proche de la volonté ou du désir. Un souhait est passif et souvent abstrait, fluctuant. Des souhaits on peut en jeter en l'air comme on le « désire ». Le souhait cherche souvent une satisfaction immédiate. Le souhait, c'est une volonté qui ferait abstraction du temps.

La volonté elle, ne se réduit pas à une idée en l’air. Dans la volonté, il n'y a pas cette distance et ce flottement de la velléité. La volonté n'existe que s'il y a une constance dans la poursuite d'un but, un travail persévérant.                                                                                                           

La volonté enveloppe la puissance incarnée, une patience parfois très longue avant d'arriver au résultat.

Ma volonté est le propre d’une action que j’engage de toutes mes forces.

La tradition occidentale et le volontarisme (de Descartes à Alain…) nous ont habitués à l'idée selon laquelle la volonté ne s'éprouverait que dans l'effort.

Nous pensons qu'avoir de la volonté, c’est essentiellement « faire des efforts ». Nous voyons alors la volonté comme une lutte contre la résistance du corps.

Mais c'est une vision superficielle. Quand la motivation de la volonté est très grande, nous sommes capables de déployer une immense énergie et ne pas avoir vraiment conscience de faire des efforts. Quand nous avons l’occasion de faire ce que nous aimons, ou bien quelque chose pour quelqu'un que nous aimons, l'effort s'oublie de lui-même.

La volonté est un acte psychologique qui fournit l'énergie psychique indispensable à la réflexion et à l'exécution de l'action. Elle se caractérise par la stabilité, la continuité, la solidité, la profondeur de son action. Elle implique l'effort, la persévérance, la ténacité et le courage.

L'acte volontaire se définit comme un acte de conscience libre, réfléchi, dynamique et personnel. C'est l'acte volontaire qui intervient principalement dans cette œuvre difficile et profonde qu'est la construction consciente de la personnalité en développant les tendances qui portent l'être humain à s'accomplir. Cet acte accroît la maîtrise de soi, réalise l'unité harmonieuse de la personnalité, recherche la liberté du moi en l'affranchissant des contraintes des mondes intérieur et extérieur. En ce sens, la volonté, est une vertu maçonnique.

Nous avons le souhait de nous réunir et le désir de faire ensemble. Mais ce souhait et ce désir ne seraient rien sans la volonté de construire.

Je terminerai par une pensée de Descartes:

« Car quiconque a une volonté ferme et constante d’user toujours de la raison le mieux qu’il est en son pouvoir, et de faire en toutes ses actions ce qu’il juge être le meilleur, est véritablement sage autant que sa nature permet qu’il le soit »

 

J’ai dit

Daniel CHA :.

14 février 2007



17/12/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres