La Conscience

 

Afficher l’image source

 

« C'est par la conscience que l'Homme est relié au Divin » .
En philosophie, le dualisme présente l'univers constitué d'un constituant physique et d'un constituant spirituel ou mental.
Le dualisme se réfère à une vision de la relation matière-esprit fondée sur l'affirmation que les phénomènes mentaux possèdent des caractéristiques qui sortent du champ de la physique

Contrairement à Descartes, Spinoza refuse à l’esprit humain et par conséquent à l’homme le statut de substance : l’homme est défini comme l’union de deux modes, un corps et une âme. On ne peut donc plus comme chez Descartes distinguer une identité substantielle, conférée au corps par l’âme, et une identité modale, déterminée par le rapport du corps humain aux autres corps. Ces deux identités sont fondues dans une identité essentielle. Le statut problématique de cette identité dans l’Éthique, traité publié à la mort de Spinoza puis interdit l'année suivante. Il faut ici, entendre Ethique démontrée selon l'ordre des  géomètres de l'architecte, qui part de Dieu pour aboutir à la liberté puis la béatitude, logique mathématique. L’esprit humain y est en effet déduit et défini comme l’idée du corps humain, c’est-à-dire le concept que Dieu forme du corps humain. Mais tantôt Spinoza identifie cette idée du corps humain à l’essence de l’esprit humain, tantôt il établit une distinction entre les deux. De même, tantôt en vertu du parallélisme des attributs il identifie l’idée du corps humain à l’idée de l’esprit humain, tantôt il distingue les deux. D’où des tensions qui travaillent le système de l’intérieur.

j'ai dit vénérable maitre, pourrait être le début de la fin de ma planche et nous pourrions travailler en chantier sur le sens de cela. Mais je vais aller en peu plus loin au préalable.

Selon le contexte la conscience prend plusieurs sens, il a de nombreuses significations avec quelques nuances selon les époques.

conscience au sens psychologique, se définit comme la « relation intériorisée immédiate ou médiate qu'un être est capable d’établir avec le monde où il vit ou avec lui-même ». Dans son recueil « Les Châtiments ».Recueil de poèmes satiriques de Victor Hugo, publié en 1853. À la suite du coup d'État du 2 décembre 1851 qui voit l’arrivée au pouvoir de Louis-Napoléon Bonaparte, Victor Hugo s’est exilé. Il montre sa capacité à projeter sa propre existence, celle du monde extérieur, des êtres et des choses dans leur environnement. En ce sens, elle est fréquemment reliée, entre autres, aux notions de connaissance, d'émotion, d'existence, d'intuition, de pensée, de psychisme, de phénomène, de subjectivité, de sensation, et de réflexivité. Ce sens correspond par exemple à l'allemand Bewusstsein et à l'anglais consciousness, et en français à la locution plus précise d'« état de conscience ». La conscience est « cette capacité de nous rapporter subjectivement nos propres états mentaux » ;  Sentiment intérieur permettant d'apprécier la valeur de la conduite humaine, elle est conscience morale, à la fois témoin et juge. Elle désigne la « capacité mentale à porter des jugements de valeur moraux sur des actes accomplis par soi ou par autrui. En ce sens, elle correspond par exemple à l'allemand Gewissen et à l'anglais conscience ;  Victor Hugo  propose, je cite:« Rien ne dompte la conscience de l'Homme, car la conscience de l'Homme c'est la pensée de Dieu »,

Conscience en tant que critère de catégorisation conceptuel, elle représente le trait distinctif caractérisant l'humanité d'un sujet et par extension la spécificité caractérisant l'ensemble éponyme de ces sujets. Ce sentiment intérieur, ne trompe jamais celui qui a choisi de l'écouter, d'après Jean Jacques Rousseau. Qui a écrit dans Émile ou De l’éducation , un traité d'éducation portant sur « l'art de former les hommes »  publié en 1762 : « conscience, instinct divin, immortelle et céleste voix ! Guide assuré d'un être ignorant et borné mais intelligent et libre, juge infaillible du bien et du mal, qui rend l'Homme semblable à Dieu...».

Conscience par métonymie; figure par laquelle on exprime un concept au moyen d'un terme désignant un autre concept qui lui est uni par une relation nécessaire; elle désigne la totalité formée par l'ensemble des représentations d'un sujet conscient, tout au moins de ses représentations conscientes. En ouvrant le volume de la loi sacrée an prélude de Jean, " Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu."
L'Homme a reçu le souffle divin qui l'a animé, lui a donné une âme. Étymologiquement conscience signifie « avec science », avec connaissance. Depuis le premier concile de Nicée (325) et le premier concile de Constantinople (381), l'Esprit saint est reconnu comme la troisième hypostase (ou « personne ») de la Trinité.( colonnettes?) Il est distinct du Père et du Fils (Jésus-Christ), mais consubstantiel à eux, c'est-à-dire partageant la même essence.

Lorsque nous ouvrons les travaux et que nos regards se tournent vers la lumière, faisons nous appel à l'Esprit Saint qui sommeille en nous?


René DUBOS, Biologiste Américain et Humaniste, a préparé la première conférence des Nations-Unies sur l’environnement en 1972 : Penser et agir, parce que le futur sera ce que nous en ferons, sans refuser pour autant d’aimer le monde tel qu’il est et tel qu’il sera. Tel fut l’esprit qui anima le travail, la réflexion et l’engagement de celui qui se présentait lui-même comme un optimiste désespéré dirait à propos de ce comportement en conscience éveillée « agir local/penser global » car rien n'est inerte, tout fluctue et la connaissance de soi et du Monde n'est jamais tout-à-fait complète.

Une mauvaise connaissance de soi a assurément un impact direct sur celle du Monde selon Socrate qui affirmait « Connais toi toi-même et tu connaîtras la nature et les Dieux ».

La partie divine est, essentiel, la conscience, l'élément de l' entité personnelle la plus pure, celle qui est reliée au-delà du temps et de l'espace à la conscience ultime : le temple sacré.

Il importe, de faire un retour au plus profond de soi, ce qui intrigue le Récipiendaire dans la Chambre de Réflexion :
V.I.T.R.I.O.L. : Visite l'intérieur de la Terre et en Rectifiant tu trouveras la pierre cachée.

Ce voyage intérieur, est difficile, car il annonce déjà la dualité ente le corps et quelque chose, dont il faut prendre conscience. Descartes, en définissant l'homme comme un corps et une âme nous aide mais est ce suffisant? Spinoza nous interroge d'avantage du fait du caractère essentiel  en séparant le corps et L’esprit, que j'oserais dire Saint. c'est compliqué tout ça!  car en plus "Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point » Blaise.
L'homme, influencé par son environnement se détourne de son temple intérieur, son Esprit ; il doit en prendre conscience an sens de Victor Hugo, psychologique et morale, mais aussi se souvenir de René Dubos.
Découvrir sans tabou, sans concession ni crainte, ses forces et ses faiblesses, s'accepter, se découvrir, et trouver l'enfant libre, naïf et vierge de toute apprentissage. ce que Nietzche décrit dans sa formule « deviens ce que tu es ».

Dés les enquête lors de la phase de cooptation nous engageons ce processus. A sa Réception, le profane devient  sacré pour la loge. Cette Loge qui devient alors cocon pour la chrysalide qui deviendra notre Frère.

                                                                                             « Manifester la conscience, c'est presque montrer Dieu » affirme encore Victor Hugo.

 

B...D...

8 décembre 6021



09/12/2021
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres