Orateur bienvenue initiation 25/01/6023

 

initiation.jpg

 

Mon Très Cher Frère Michael, Mon Très Cher Frère Laurent.

En tant qu'Orateur, il m'appartient de vous adresser ce mot de bienvenue.

 

Et je le fais avec joie.

Avec cette même joie que l'on a lorsqu'il est enfin temps de dévoiler quelque chose qui nous semble beau et bon, qu'il est temps d'offrir et de partager.

 

Tout d'abord je voudrais vous remercier.

On vous a probablement posé la question de savoir ce que vous imaginiez apporter à la Maçonnerie.

Et bien, aujourd'hui vous nous faites vivre le renouvellement de l'initiation, le rappel que la démarche maçonnique procède de l'initiation.

Comme la naissance, celle-ci ne peut avoir lieu qu'une fois dans une vie, il y a un avant et un après et c'est par ce que vous ferez après que vous nourrirez l'éclat de ce moment et lui donnerez sens. 

Cette cérémonie est à  la fois vécue par vous dans votre singularité et n'est à la fois possible  que collectivement à l'image du travail qui vous attend. S'il est effectué avec ferveur il vous mènera dans vos propres profondeurs, mais il n'est en rien un travail solitaire car ce que rapporte un frère de ses mines intimes enrichit la loge et aussi par ce que ce travail nécessite l'encouragement, la bienveillance et l'aide des Frères

 

Je  veux aussi vous remercier de renouveler la joie. La joie d'accueillir.

Il est ainsi qu'en Maçonnerie nous ne cessons d'accueillir.

Entre autres nous accueillons la parole du Frère, sa présence, sa pensée, son travail et, souvent, ce qui lui échappe dans la foi que cette accueil commun est une des parts les plus fructueuses de notre travail, une des vertus les plus précieuses: la Fraternité.

 

La condition de  cet accueil est qu'il faut faire de la place

Notre rituel et nos symboles vous y aiderons. En tout premier lieu le silence.

Le silence est un outil puissant, propre à vous rendre capable d'accueillir à votre tour ce  qu'offre la maçonnerie, à savoir tout un outillage de symboles et de rituels, à utiliser, penser et vivre. Et surtout, dans cette foi en la nécessité de notre propre transformation, il s'agit de faire de la place à votre propre nouveauté c'est à dire d'accueillir votre vérité comme déjà-la enfoui.

 

De la recherche de la Vérité surgit bien des subversions. Il faut s'y préparer.

Le travail maçonnique, en célébrant la force et l'importance d'un rapport symbolique au monde remet en question ce que nous pensons savoir, ce que nous croyons connaître, ce que nous estimons avoir identifié, en premier lieu nous mêmes. Pour ne plus vous contenter de voir, il vous faudra regarder pour enfin voir et pour ne plus vous contenter d'entendre, il vous faudra écouter pour enfin entendre. Ainsi, si ici nous donnons place aux mots c'est pour célébrer les symboles et si nous donnons bonne place à la raison ce n'est que pour mieux travailler notre intuition. Et si nous ne parlons pas ici comme dans le monde profane, c'est que nous apprenons à nous taire pour retrouver notre parole.

 

Vous voilà donc Frères, reconnus comme Frères par vos Frères.

Ce simple mot que vous entendrez souvent répété, que vous prononcerez souvent, comme ceux de  Travail, Initiation, Lumières et bien d'autres et comme tout ce que vous trouverez dans notre forêt de symboles, ne cessera d'osciller, de s'iriser, de vous creuser, de se charger de sens au fil de votre recherche. Il éclairera de lumières en constantes évolutions la conception de vous-même, les relations que vous aurez avec vos Frères mais aussi celles que vous aurez dans le monde profane. Nos mots, nos symboles ne sont pas pour que nous en consommions la définition des dictionnaires ( même si, vous le verrez, nous raffolons d'étymologie). Il s'agit d'œuvrer à leur exaltation, c'est à dire d'y instiller de la vie, de leur donner chair par votre recherche et votre travail, il s'agit de les faire chanter pour qu'un peu de ces chant résonnent dans le monde profane.

 

Mes Très Cher nouveaux Frères vous aller trouver ici une assemblée humaine avec ses qualités et ses défauts, ses merveilles et ses déceptions, ses enthousiasmes et ses ennuis, ses idéaux et ses trivialités. Vous verrez que tout ici en étant et en devenant symbole devient un matériau  pour un unique, formidable et joyeux travail.  Je vous souhaite de connaître cette joie devant ce qui nous rassemble, devant l'ouvrage qui nous réunit, de vous en nourrir longtemps en en entretenant la flamme pour vous et pour vos frères. 

 

P:.A:. de la R:.L:. Beethoven

 

 

 



02/02/2023
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres